L’ergonomie en marche, un exemple bordelais

Au sommaire
  1. L'ergonomie et ce qu'elle suggère
  2. L'ergonomie, une préoccupation actuelle

« L’ergonome marche sur deux pieds, toujours : il se préoccupe du patron et de l’entreprise, parce qu’il rationalise le travail et cherche à améliorer son efficacité. Simultanément, l’ergonome se soucie du salarié (…) » ((Maurice de Montmollin, Françoise Darse).

petit-hommeL’ergonomie désigne l’étude approfondie de l’environnement professionnel d’un individu et des relations qu’il entretient avec les machines l’entourant. Nous intéressent donc ici, les conditions de travail de tout un chacun et les méthodes mises en place pour les réformer tout en améliorant le chiffre d’affaire de l’entreprise.

Ce domaine d’étude est de plus en plus central dans le monde d’aujourd’hui, monde où le rendement est la principale préoccupation des employeurs.

 

L’ergonomie et ce qu’elle suggère

Avoir une approche ergonomique consiste à associer le bien-être du salarié dans son environnement, à la santé économique de l’entreprise qui l’emploie. Les situations de travail difficiles sont donc réduites pour devenir pratiquement inexistantes, et des solutions sont recherchées pour que travail soit synonyme de contentement – ou en tout cas, soit antonyme de déplaisir. Pour ce faire, des formations peuvent être proposées aux responsables des relations humaines, des travaux entrepris dans l’espace de travail, des ergonomes appelés à l’aide pour voir ce qu’il serait le plus judicieux de changer. Le pouvoir décisionnel de l’entreprise doit être à l’origine de la volonté de développer une approche ergonomique si l’on souhaite la voir fonctionner. La remise en question est cruciale, tout comme l’interrogation sur la liberté des salariés et sur la confiance régnant entre les différents échelons de l’entreprise. Grâce à ces évolutions, les employés se sentant mieux deviendront plus productifs et votre affaire n’en sera que plus prospère.

 

L’ergonomie, une préoccupation actuelle

feedbackCe domaine de réflexion revêt désormais une place de première importance. En effet, de plus en plus de cabinets de conseil ouvrent leur porte, des formations spécialisées dans ce champ d’étude se créent, et des salons présentant les dernières nouveautés se développent plus que jamais. Pour citer des exemples, la ville de Bordeaux semble être la métropole parfaite. En effet, outre le nombre impressionnant de cabinets ayant pour but de veiller à l’ergonomie des entreprises alentours, une offre croissante de masters et poursuite d’études est proposée aux jeunes. Nous pouvons évoquer Uztartu, une association prenant de l’ampleur ces dernières années et visant à améliorer les performances des entreprises agro-alimentaires basques grâce à des partenariats et à l’action collective « Pénibilité du travail ». Cette dernière, basée sur la prévention, souhaite réduire un maximum les difficultés liées à l’exercice professionnel et diminuer les situations de travail posant problème. Cette organisation a d’ailleurs été le sujet d’une des interventions se tenant lors des dernières Journées de Bordeaux. Ce salon sur l’ergonomie a lieu dans la capitale aquitaine depuis 1993 et recense les dernières nouveautés dans ce domaine tout en organisant des conférences diverses.

Pour conclure, l’ergonomie pourrait bien être la solution d’avenir pour faire prospérer une entreprise. L’idée d’allier bien-être au travail et productivité a, en tout cas, la côte ces derniers temps. Certaines villes illustrent parfaitement ces nouvelles préoccupations. En effet, l’ergonomie à Bordeaux semble parfaitement intégrée à la vie des salariés. En tout cas, la métropole paraît faire tout ce qui est en son pouvoir pour garantir un travail agréable à ses habitants, tout en assurant la prospérité économique de ses entreprises.

Les commentaires sont clos.