Comment installer un mur de clôture ?

Au sommaire
  1. Les types et les fonctions du mur de clôture
  2. Bien observer la réglementation en vigueur
  3. Bien préparer la fondation du mur de clôture
  4. Les étapes d’élévation d’un mur de clôture en maçonnerie

Un mur de clôture sert à séparer deux propriétés en délimitant une surface bien précise. Il s’agit d’un mur extérieur. L’élévation d’un mur de clôture fait partie des travaux de maçonnerie. Mais, comment choisir et installer son mur de clôture ?

Les types et les fonctions du mur de clôture

Plusieurs matières et matériaux peuvent être utilisés pour l’installation d’un mur extérieur. Plusieurs options s’offrent à vous. Il peut s’agir d’un mur de clôture en bois, en grillage, en fil barbelé, en parpaing ou encore un mur de clôture d’arbres ou d’arbrisseaux. Vous pouvez également opter pour un mur en briques, en pierres, en métal, en gabion. Il y a aussi la clôture électrifiée, en gabion, la palissade, le muret, la brise vue.

Le mur de clôture est installé pour diverses raisons. D’une manière générale, il a pour fonction de protéger l’enceinte de votre propriété sans pour autant négliger le côté esthétique. Il peut servir aussi de se protéger du vent direct, de mettre à l’abri des regards indiscrets. Le mur de clôture peut avoir pour rôle d’isolation phonique en atténuant les bruits extérieurs. Pour vos travaux de maçonnerie, faites appel à un professionnel tel que cette entreprise de maçonnerie dans le 94.

Bien observer la réglementation en vigueur

La notion de mitoyenneté est à approfondir afin d’éviter toute désaccords et conflits avec vos voisins. Pour simplifier, est mitoyen, tout mur qui sépare deux surfaces de terrain de deux propriétaires différents. Les murs de clôture séparatifs dans les lotissements sont donc d’office présumés de mitoyens.

En région urbaine, votre voisin peut vous imposer la moitié du coût des travaux de construction de la clôture en cas de mur mitoyen. En outre, le permis de construire n’est pas requis pour les murs extérieurs de hauteur inférieure à 2 mètres.

La règle principale en matière de mur de clôture est de respecter les délimitations exactes des propriétés et ne pas supprimer ou gêner de quelque manière que ce soit le passage.

Bien préparer la fondation du mur de clôture

Les fondations des murs de clôture sont conditionnées par les contraintes relatives au poids de l’ouvrage, au type de sol et à la forme de clôture souhaitée. Les fondations du mur extérieur peuvent se présenter sous forme de simples plots en béton ou d’une semelle. Les étapes de la fondation commencent par la fouille, la préparation d’un béton maigre à couler dans la fouille, le traçage des repères pour les ferraillages et le coffrage de la semelle. Ensuite viennent le ferraillage, la pose des planches de coffrage, le coulage de la semelle. Et la dernière étape consiste à décoffrer.

Les étapes d’élévation d’un mur de clôture en maçonnerie

Ce stade débute par le traçage. Celui-ci consiste à marquer le contour du mur sur la semelle. Le premier rang de vos matériaux, briques ou parpaings par exemple, est ensuite installé. Après une préparation adéquate du mortier, vous procédez à son étalage en partant des coins et des extrémités de votre semelle. Il faut s’assurer de l’aplomb.

Ensuite, pour le deuxième rang, vous répétez les mêmes gestes que pour le premier rang. Il faut toujours commencer par poser les angles. Une corde est installée à chaque angle pour vous servir de guide. Pour tous les rangs suivants, vous devez étaler en premier le mortier avant la pose des matériaux. Au fur et à mesure que le rang monte, il est nécessaire de régler le cordeau et contrôler l’aplomb et la planéité. Il est à noter, d’une part, que le ferraillage se situe dans les coins et le vide est comblé par un béton. Et d’autre part, pour empêcher l’eau de stagner, les joints doivent être obliques ou creux.

Les commentaires sont clos.